html nxouveaute

Flash disparaitra-t-il en 2020 pour laisser la place à HTML5 ?

En 2017, le propriétaire d’Adobe a annoncé la fin d’Adobe Flash Player pour 2020. Il invite tous les utilisateurs du système à migrer petit à petit vers d’autres formats comme la technologie HTML5. La décadence de Flash auprès des utilisateurs s’explique par les failles du système et son incompatibilité avec les appareils mobiles.

La fin de la technologie Flash pour 2020

L’ère d’Adobe Flash Player se termine dans le monde virtuel. Pendant plus d’une décennie, cette technologie a été indispensable pour la lecture du contenu multimédia sur le web. A partir de l’année 2010, ce système perd peu à peu de sa notoriété. Vous trouverez plus de détails sur le sujet sur cette page.

Plusieurs raisons justifient la décadence de Flash sur le web. Lors de son invention, cette technologie est vue comme un logiciel révolutionnaire pour l’ordinateur. Mais il n’a pas pu survivre à l’avènement des appareils mobiles comme Smartphone ou tablettes. En effet, il est presque impossible de lire des fichiers de contenu multimédia avec Flash sur les appareils mobiles.

L’inventeur d’iPhone a été le premier à évincer Adobe Flash Player des appareils mobiles. Comme Flash est un logiciel propriétaire, il est plus efficace d’utiliser un logiciel standard sur les téléphones.

La suppression de Flash du web est également due à son système de sécurité peu fiable. Le format a été l’objet de piraterie informatique. Les cybercriminels peuvent se connecter à la webcam d’un ordinateur via Flash. De plus, le logiciel a été le sujet de nombreuses pannes. Cela a poussé les navigateurs de recherche à se tourner vers le système HTML5.

L’année 2020 s’annonce comme la fin de Flash. Le propriétaire d’Adobe a énoncé qu’à partir de 2021, le logiciel sera supprimé de l’univers numérique. Il va effacer la page officielle d’Adobe Flash Player. Et, Adobe ne va plus proposer des mises à jour du logiciel.

HTML5 : le remplaçant d’Adobe Flash Player

Créé en 2014 par le World Wide Web Consortium ou W3C et le Web Hypertext Application Technology Working Group ou WHATWG, HTML5 s’est fait une place dans l’univers numérique au profit de Flash. Contrairement au format Flash, HTML5 présente plusieurs atouts.

En tant que logiciel standard, son utilisation ne nécessite aucune condition de licence. Comme il ne s’agit pas d’un plug-in, HTML5 est facile à utiliser. Il s’incorpore avec votre site. Il n’est pas nécessaire d’en faire l’installation. Donc, votre site n’est pas surchargé. Contrairement à Flash qui est plug-in, il prend beaucoup d’espace. Avec HTML5, les sites ont l’avantage de se trouver en bonne position sur Google. Flash est considéré comme une source de blocage des sites. Il réduit leur performance. C’est pourquoi les utilisateurs du web se tournent vers HTML5.

HTML5 est compatible avec tous les supports mobiles. C’est l’un des défauts de Flash. Il n’a pas pu s’adapter à l’ère des appareils mobiles. C’est pour cette raison que les navigateurs de recherche ont délaissé le format Flash au profit d’HTML5. Depuis 2010, Flash perd considérablement ses utilisateurs. Les navigateurs comme Google ou Mozilla n’ont pas attendu l’annonce de la fin de Flash pour s’orienter vers HTML5.

Face aux nombreuses défaillances de Flash, Google a invité ses utilisateurs à convertir leur contenu multimédia en HTML5. Les publicités sur Google doivent être en format HTML5. Le navigateur a même mis à la disposition de ses utilisateurs la technologie Google Web Designer en 2016. Elle facilite la production de publicité en HTML5.

Ce n’est pas seulement Google qui a adopté cette stratégie, d’autres navigateurs de recherche limitent l’accès des internautes au support Flash. Donc, les sites sont contraints d’utiliser HTML5 pour avoir des visiteurs.

Le propriétaire d’Adobe a énoncé la fin de Flash pour 2020. La disparition de ce logiciel a été préparée depuis 2017. En effet, Adobe a incité les utilisateurs de ce format à se tourner vers un autre support. Pour le moment, HTML5 jouit d’une bonne notoriété pour la lecture des contenus multimédias.